BIENVENUE BON VOYAGE

"BIENVENUE DANS TRAINS PASSIONS 52 ET BON VOYAGE DANS LE MONDE DES TRAINS...."

vendredi 19 avril 2019

Sauver les petites gares sur la ligne 10 (source la voix de la Haute Marne)



Christophe Henry, de la CGT cheminot, a fait des propositions à la Région et à la SNCF pour préserver les 


dessertes.

La ligne 10 fait reparler d'elle depuis quelques semaines. Les horaires sont voués à changer en décembre, surtout, la SNCF et la Région envisagent la suppression de dessertes.

Chaque année, c'est la même rengaine. La SNCF travaille sur son réseau TER avec cette optique de réduire les coûts tout en restant attractif pour les voyageurs. Elle réalise actuellement un gros travail de refonte de l'organisation de la ligne 10 (Reims-Chaumont) avec la Région Grand Est pour 2020.
Elle souhaite notamment mettre en place un cadencement* avec des correspondances favorisées en gares de Chaumont, Châlons-en-Champagne et Reims. La SNCF a aussi cette volonté de réduire les temps de trajets sur la ligne pour séduire les voyageurs occasionnels. Mais cela va se faire au détriment des petites gares.

La Six dessertes supprimées entre Saint-Dizier et Chaumont

"En plus d'un arrêt systématique à Joinville, il y en aura un à Froncles. C'est plutôt une bonne chose, à condition qu'on communique bien sur le sujet". Mais cela ne peut suffire à compenser la perte de six dessertes entre Saint-Dizier et Chaumont, selon Christophe Henry, conducteur de train et militant CGT cheminot. En effet, si la SNCF va jusqu'au bout de la proposition, les TER ne s'arrêteront plus à Eurville, Bayard, Fronville, Gudmont, Vignory et Bologne. Le Haut-Marnais a pu constater régulièrement une bonne fréquentation de la ligne, notamment pour le train omnibus qui dessert aujourd'hui l'intégralité des gares de la ligne au matin. 
Si d'un côté, le syndicaliste apprécie l'augmentation du nombre d'arrêts dans les gares préservées de Donjeux, Chevillon et Vraincourt-Viévillle, il regrette particulièrement la suppression des dessertes de Bayard, Eurville et Bologne. Il note aujourd'hui le manque de trains entre Eurville, Bayard et Saint-Dizier "alors que ces communes sont tournées vers le nord du département". Cela expliquerait la faible fréquentation des gares
De même, Christophe Henry est convaincu qu'on pourrait, plutôt que de supprimer la desserte, au contraire renforcer la gare de Bologne. "Il faut pour cela augmenter également les flux vers Saint-Dizier. Entre Bologne et Chaumont, il y a de bonnes infrastructures routières avec la quatre voies, les gens préfèrent la voiture"

Quelle compensation
à la perte de dessertes

Christophe Henry souligne la volonté de la SNCF de proposer des solutions alternatives pour les communes qui ne seront plus desservies. Mais il doute de l'attractivité du bus. Il illustre avec l'exemple de la desserte de Vignory vouée à la suppression et glisse au passage : "Elle a un niveau de fréquentation tout à fait honorable". Il insiste notamment sur "les routes sinueuses"entre cette commune et la gare de Vraincourt-Viéville.
Pour le cheminot, les habitants privilégieront certainement la voiture pour leurs parcours"Faire baisser la durée du temps de trajet est important pour attirer des voyageurs occasionnels mais il y a d'autres solutions que de supprimer des dessertes. D'ailleurs, dans les propositions actuelles cela ne change pas le temps de trajets, commente-t-il. Surtout, il ne faut pas oublier que les TER sont très fréquentés par des scolaires et des travailleurs".

La consultation

La Région et la SNCF ayant fait plusieurs réunions publiques en ce début d'année et lancé un appel à contribution concernant leurs propositions, Christophe Henry a bûché sur la question. Il a proposé un panel de solutions techniques pour permettre aux trains d'aller plus vite par endroits ou de s'arrêter moins longtemps en gare ; tout en tenant compte de la contrainte du cadencement et des correspondances.
Il espère, sans trop de conviction, que cela sera étudié d'ici la fin de la période de concertation, ce mois-ci et que son argumentation trouvera un écho dans la grille horaire finale. En attendant, le projet de la Région est disponible sur le site du Grand Est et les contributions peuvent être envoyées à transports@grandest.fr
*Le cadencement L'idée est de donner une lisibilité des horaires aux voyageurs. On organise les circulations de manière répétitive sur la journée. À intervalle régulier, succession des mêmes services qui desservent, à la même minute, les mêmes arrêts, avec mise en correspondances dans les nœuds ferroviaires. Par exemple dans le projet 2020, on remarque qu'un train part de Chaumont à 7 h 09 et arrive à Châlons à 8 h 37, de même à 10 h 09 et pour une arrivée à 11 h 37, etc.

samedi 6 avril 2019

AVIS DE TEMPETE SUR LA LIGNE 10 ! (article du JHM) et LIGNE 15 SNCF : la ligne TGV directe Metz-Nice supprimée à partir du mois de décembre

 

 

 

 

Ainsi va la vie du rail sur la ligne 10

Lors d'une réunion à Froncles le 21mars, la nouvelle est tombée. Le projet du nouveau cadencement de la ligne 10, celle qui part de Reims et qui rejoint Chaumont en passant Saint-Dizier, Joinville, Froncles etc., va conduire à la suppression de six arrêts en gare sur la partie haut-marnaise. Le nouveau cadencement, qui se mettra en place en décembre s'il est entériné en juin, ambitionne de proposer plus de trains sur cette ligne avec des temps de trajets raccourcis. Le tout pour tenter de rendre la ligne plus attractive. Les six gares concernées par la suppression des arrêts du train sont, du nord au sud, Eurville, Bayard-sur-Marne, Fronville, Gudmont, Vignory et Bologne.
Publié le 6 avril 2019


Grand Est : mobilisation à grande vitesse contre la suppression des dessertes TGV 

 

SNCF : la ligne TGV directe Metz-Nice supprimée à partir du mois de décembre

 

 https://actu.fr/grand-est/metz_57463/sncf-ligne-tgv-directe-metz-nice-supprimee-partir-mois-decembre_18765666.html

 

Alors que la SNCF vient de lancer de nouveaux TGV de sa gamme inOui entre Paris et la Lorraine, elle va aussi supprimer une liaison. Cette fois vers le sud de la France. A partir du 9 décembre 2018, le train direct entre Metz et Nice va disparaître.
Chaque matin à 6h part un TGV direct. Il met 9h37 et arrive sur la Côte d’Azur à 15h37.


 

https://www.lasemaine.fr/grand-est-mobilisation-a-grande-vitesse-contre-la-suppression-des-dessertes-tgv/